Concerts | Overmars & Théo Clark

 

 

 

 

 

 

 

Overmars nous fait découvrir les paysages de brumes et d’éclaircies de leur pays ardennais.

Leur rock  est intense, vibrant et … intime.

Overmars a décidément un son personnel débordant d’originalité qui retient l’attention dès la première écoute. Ce groupe dessine les images sonores d’un monde alternatif, flirtant avec l’élégance des chansons et la justesse de l’interprétation.

Subtil équilibre entre calme et turbulence, force et expressivité, mélodies et harmonie, le quartet de St Hubert  a la volonté de rester accessible avec des mélodies pourvues d’une réelle puissance dramatique.

L’émotion tourne autour des voix, le son est actuel sur fond de guitares crépusculaires, les musiciens distillent  des refrains simples et efficaces, des rythmes hypnotiques.

Une alchimie complexe et réussie.

Avec : Pierre Adam – guitare ; Benoît Lesuisse – guitare, voix ; Thomas Léonard – guitare ; Lionel Brack – basse ; Maxime Champion – batterie.

Un extrait: cliquez ici

Théo Clark

À l’écoute c’est clairement une évidence : si Theo Clark n’était pas écossais, ça se saurait. Né là-bas mais élevé à Nivelles avant de devenir liégeois (d’adoption, donc), Theo Clark roule sa bosse de songwriter pop-rock depuis pas mal d’années déjà… Et quand on écrit « pop », on veut dire « britpop » : il y a du Blur, du Libertines, du Arctic Monkeys (ce timbre de voix !) chez ce jeune homme fringant, à la mèche rebelle, quasiment tintinesque.

Après avoir joué les correcteurs Harrap’s chez bon nombre de rockeurs d’ici (Ghinzu, Girls in Hawaii, Vismets, Great Mountain Fire…), Theo Clark a enfin sorti son premier album fin 2017, l’entêtant « Terror Terror Everywhere Nor Any Stop To Think »… À la fois intime et corrosif, c’est un disque qui soulève des questions contemporaines et lourdes de sens : « L’idée était de regrouper des textes et des chansons qui traitent de la peur et de la place grandissante qu’elle prend dans la société aujourd’hui »…

Mais loin de lui l’envie de plomber l’ambiance : sur scène sa verve « so british » s’acoquine parfaitement à la pédagogie JM… D’autant que monsieur est prof d’anglais dans la vraie vie ! Very good, indeed.

Théo Clark et son groupe abordent des sujets brûlants, avec la douceur lumineuse de la pop, ou la rage d’un rock bien trempé, le tout orchestré par la main magistrale de Boris Gronemberger. Un déferlement incessant d’énergie, un mélange hybride et psychédélique qui prend aux tripes!

Avec : Nicolas Berwart : Bass, Theo Clark : chant, Gabriel Clark : Guitare – Clavier , Marius Morsomme : Batterie| production :Boris Gronemberger

Avec le soutien d’Art & Vie, FWB

Un extrait: cliquez ici