Spectacle Familial | Fête aux Loustics | Cie de la Petite Machinerie

 

 

 

 

 

 

 

Bêêêêêêêêêêêê
« Le loup est mort !!!
C’est la fête chez les moutons !!! On danse dans la prairie, on chante, on rit, Bêêêêêê !
Oui mais, maintenant, qui va faire le loup ?
Il faut un loup –  il fait partie du jeu… d’ailleurs on recrute : il y une annonce sur le mur de l’agence intérim.
Poussé par l’ambition et le goût de l’aventure un mouton postule… Oui, un mouton ! Bêêêêêêê
Et il est embauché ! Oui oui ! Vraiment ! Embauché !
Enfin précisément, il est recruté pour 48 heures : il est à l’essai, il doit faire ses preuves !
Maintenant, il va falloir « Être le Loup ! » Bêêêêê  … euh non ! Aaououououououhhh !!!
L’HISTOIRE :
Les aventures et mésaventures d’un mouton qui voulait devenir le loup. Comment il mangea une amie d’enfance, comment il poussa son meilleur ami à se faire chasseur…
Enfin bref une histoire où tout est possible, la preuve ! De la loufoquerie sur fond de cruauté !
Une mise en scène où marionnettes portées et comédiens se répondent dans un style proche du clown de théâtre.

POURQUOI CE COMPTE

Nous avons été séduits par l’humour et la remarquable intelligence de l’écriture de Bettina Wegenast. Avec ce conte détourné, et recomposé autour de l’adage : « L’habit ne fait pas le moine »,  l’auteur nous  offre une réflexion ludique et drolatique sur l’ambition, le pouvoir, la domination, la liberté, l’aventure, le monde du travail, le statut social.
Bettina Wegenast, fait preuve d’un formidable sens de la fable, qui nous tient véritablement en haleine. Comme toutes les grandes comédies, «Être le Loup» est une tragédie….  qui se termine bien. Le « chaos final » est évité de peu par la lucidité de Renée, le seul personnage féminin : ouf ! il était temps !
En toute candeur l’auteure donne vie à des personnages parfois énigmatiques, toujours complexes et attachants. Elle offre la profondeur, le questionnement sur la nature humaine,  la société des hommes, l’éthique, l’amitié, l’amour, la mort, sans jamais perdre sa légèreté.
Bettina Wegenast pose une question essentielle : vivons-nous dans un monde binaire où il n’y aurait d’autre possibilité que  « manger ou être mangé » ? Ce texte questionne en effet les enfants sur leur désir et leur fascination d’être le plus fort, d’être le chef mais aussi d’être en quête de chef. Chacun joue un rôle qu’il soit imposé ou choisi, subi ou assumé. Les personnages de la fable vont découvrir à quel point  il est naïf et dangereux de croire que : « jouer à » c’est « être ».
Heureusement l’amitié va ramener l’ordre dans le pré….. l’ordre des choses, enfin presque ! En tout cas, tous en sortiront transformés. A la recherche de soi même, ne faut-il pas tenter quelques expériences pour trouver son authenticité ? « Deviens ce que tu es » pourrait être l’adage final de cette histoire.
Si W. Shakespeare avait écrit pour les enfants, il aurait pu écrire « Être le Loup » car Bettina Wegenast est de cette trempe là.